Découvrir le Sénégal entre copines

Voici le récit d’un voyage au Sénégal entre copines,  « au coeur de mère Afrique ». Ce périple de dix jours, effectué par notre copine de voyage Véro, a été d’une grande richesse tant sur le plan humain que culturel. Afin de découvrir le Sénégal dans de bonnes conditions, Véro a choisi la formule du voyage organisé et itinérant « all inclusive ». En voici l’itinéraire:

1- Les premiers pas vers le  Sénégal au lac Rose:

Après une arrivée à Dakar, notre copine de voyage a rejoint le campement « Keur Salim »-Lac Rose Rufisque– pour une première nuit. Ce site se situe près de la mer et est entouré de dunes.

Puis au programme du lendemain, ce fut la découverte de ce lac exotique et une excursion dans les dunes environnantes.

Le lac Rose né d’une lagune se trouve à quelques centaines de mètres de l’océan au milieu d’un paysage de dunes et de brousse. Il arbore sa couleur rose notamment quand le soleil est d’aplomb. Sa grande concentration saline permet aux femmes peules des villages proches d’extraire le sel. Cette exploitation permet à ces dernières de subvenir aux besoins de nombreuses familles.

Femme sénégalaise lac rose

Cette première visite terminée, direction Peulh, un village situé sur les dunes, afin de notamment découvrir une école. Ainsi, comme la tradition le suggère, notre globe-trotteuse avait pris soin d’amener dans sa besace des fournitures scolaires qu’elle distribua aux enfants réjouis de recevoir ces présents.

Pour terminer cette journée riche en découvertes, « la bande de Véro » a rejoint son bivouac en 4×4 situé dans le désert de Lompoul. Dans un oasis, des tentes Kaïmas, tissées en poil de chameaux, attendaient les voyageuses pour une soirée et une nuit aux couleurs locales.

Tentes Kaïmas

2- En route vers Saint Louis:

Après une balade à dos de dromadaires, direction le village de Lompoul afin de rencontrer les villageois et de participer à la récolte du manioc.

Puis le campement s’est installé au campement « Océans et Savane »langue de Barbarie à Saint Louis- pour une fin de journée détente entre le fleuve Sénégal et l’Océan.

Océan au Sénégal

L’après-midi suivante fut consacrée à la découverte de Saint-Louis avec ses belles maisons coloniales, le dégradé ocre-jaune des façades, le village de pêcheurs, le cimetière musulman dans le quartier Guet Ndar (ici les tombes sont des piquets recouverts de filets de pêche), le marché de Sor et la gare au style « Nouvelle Orléans ».

Saint Louis

3- Une journée au parc Djoudj:

Pour découvrir ce parc ornithologique, notre copine de route a chaussé son pied marin (comme à La Rochelle), pour débuter une balade en pirogue parée comme toujours de son plus beau chapeau. Ainsi, elle a pu admirer l’envol des flamants et des pélicans, et le plongeon des cormorans.

Baobabs

4- Un safari dans la réserve de Bandia:

Loin de nos zoos traditionnels, cette réserve privée s’étend sur près de 3000 ha dans une forêt de baobabs et d’acacias. Notre baroudeuse a pu découvrir des animaux en réelle liberté: des girafes, des singes, des antilopes, des phacochères, des crocodiles, et de très impressionnants rhinocéros.

Réserve de Bandia

Cette aventure terminée, direction le domaine de Nianing (mais malheureusement ce petit coin de paradis semble avoir fermé ses portes).

Bandia

5- La découverte du pays de Niominkas:

La découverte de cette région du Sénégal s’est déroulée en plusieurs étapes:

  • visite de villages avec la participation à l’élaboration du repas pour s’imprégner des saveurs locales
  • balade en pirogue dans le parc national de Saloum qui est composé de plus de 200 îles et possède une nature généreuse, une faune et une flore incroyables.

Sénégal

6- Une dernière journée pour découvrir Dakar:

Pour terminer ce voyage si diffèrent de nos voyages précédents, notre globe-trotteuse est partie à la découverte de la capitale sénégalaise. Au programme:

  • la place de l’Indépendance
  • la cathédrale du souvenir africain avec un mélange des styles architecturaux surprenants
  • la maison des Esclaves, un lieu chargé d’émotions

Sénégal

 

Pour terminer cette boucle colorée, voici quelques conseils de notre voyageuse aguerrie:

Du côté des formalités administratives: pour les français, la demande d’un visa n’est pas nécessaire

Du côté de la santé: pour rentrer au Sénégal le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire et un traitement antipaludéen est fortement conseillé. Sur place, afin d’éviter au maximum les troubles gastriques, il est recommandé de bien surveiller son alimentation de fuir l’eau du robinet. Afin de ne pas attraper la bilharziose, il est indispensable de ne pas se baigner dans les eaux douces.

Quand partir: la meilleure période pour se rendre au Sénégal s’étend du mois de novembre au mois d’avril pendant la saison sèche.

Pour conclure cette belle odyssée africaine voici quelques expressions populaires à échanger avec les sénégalais, un peuple très accueillant:

  • Bonjour: No ngoolu dong
  • Merci: Njaafodaa
  • Oui: Eey
  • Non: Alaa
  • Je m’appelle: Ko….njeyaa mi

 

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A vous de jouer *